Voilà, c’est fini!

Comme le chantait si bien Jean-Louis Aubert : Voilà… C’est finiiiii!

C’est mon dernier article sur le blog. Une nouvelle page se tourne comme on dit. Snif…

Mais non, hein, un autre chapitre commence… sur terre. Nous ne sommes plus les SeaCroods mais redevenus la famille Dehbal.

Nous changeons de cap, prenons une autre direction . Moins exotiques, il faut l’avouer . Une nouvelle vie nous attend à Liège, un nouveau défi à relever . A la fin d’un projet, il vaut toujours mieux en avoir un autre prêt à prendre le relais. Revenir en arrière n’est jamais bon , ça serait un peu comme remonter une rivière à contre courant et la vie est trop courte.

La veille et le jour du départ de “notre” atoll Hao, nous avions tous reçus des colliers de coquillages et nous sommes partis le cou lourd ! Les yeux bordés de larmes, je me rappelle avoir fait une promesse, celle de faire un tatouage avec Lindy et Yasmine le jour où je reviendrai. Car, c’est sûr, nous reviendrons

Nos amis, les Wave Dancer, un bateau Suisse avec qui nous avons partagé une partie de notre aventure était là pour larguer les amarres. Étaient présents aussi quelques locaux et Gérard, du bateau Capella (qui m’a révélé le secret du caramel). On garde en nous un peu de chaque rencontre. Chaque discussion est enrichissante. Les Capitaines ne se lassent jamais de parler de la mer et du temps, des meilleures escales et des bons plans.

Les enfants ont aussi appris beaucoup les uns des autres. Naèl a partagé sa passion des origami avec tous ceux qui passaient par là ! Son plaisir était d’offrir à tout le monde. Sur le bateau des Wave Dancer, il y avait 4 garçons de 5 à 13 ans, tous bien différents avec qui les nôtres ont passé beaucoup de temps à pêcher, sculpter, jouer, créer des jeux de société, échanger des livres, faire du badminton , … Avec un minimum de matériel et un max d’imagination ! Mais ils ont surtout créer des liens avec les copains de là bas.

Le 31 mai, après quelques faux départs, les cornes de brume ont retenti quelques fois jusqu’à ce que Hao devienne un grain de sable à l’horizon.

Je repense à tous ces moments avec nostalgie mais je mentirais si je disais que vivre sur un atoll, c’est le paradis. La vie est rude. Même sur un catamaran ! Tout est cher dans les magasins, rien ne pousse comme fruits et légumes. Nous devions attendre les bateaux de ravitaillement pour avoir un menu equilibré. Il n’y a pas beaucoup de distraction, les restaurants sont rares, en tout cas en dehors des régions touristiques. Il faut cuisiner son pain tous les jours et faire preuve de créativité pour faire un repas avec les ingrédients disponibles. Sans oublier les collations des enfants tous les jours… Crêpes, gâteau au yaourt, à la coco, au chocolat quand on en trouve dans la supérette. Non, je ne suis pas en train de me plaindre 😀 Mais bon, j’avoue que la société de consommation m’a manquée parfois !

Sofiène a beaucoup plongé avec le club tenu par des expatriés français. Plus ou moins une 50 aine de plongées toutes plus belles les unes que les autres.

Le 9 juin 2021, les enfants et moi, nous avons fait nos adieux à SeaCroods. Sofiène, quant à lui, est resté sur Tahiti. Notre beau cheval blanc, apprivoisé, choyé durant tout le voyage, avait trouvé un nouvel acquéreur. Nous en avons passé des heures à le bichonner, intérieurement, comme extérieurement. Il nous arrivait même de lui parler comme à un membre de l’équipage. Le capitaine veillait toujours à ce qu’il reste impeccable. Nous devions toujours faire attention à ne pas l’abîmer. Maintenant que je ne suis plus à bord je peux enfin laisser tomber un couteau sans culpabiliser!

Nous avons donc laissé Sofiène à Tahiti et repris l’avion en direction de la Belgique. Naèl devait passer son CEB, le fameux examen que tout jeune belge en 6ème année doit passer s’il veut accéder en Secondaire. Il l’a réussi avec brio rendant fou de joie ses 2 professeurs.  Mission réussie! Il va pouvoir réintégrer une scolarité classique sans problème. Bravo Naèl!!

Quelques photos de retrouvailles…

Sans domicile fixe, sacs à dos, nous avons squatté chez les parents de Sofiène à Paris puis chez mes parents à Rocourt, ensuite, chez mon amie Claire à Liège. Nous avons retrouvé un peu de stabilité dans la maison de mon amie Sandrine qui avait mis le paquet pour que nous y soyons confortable. Mon capitaine nous a rejoint six semaines plus tard,  le temps de remplir les derniers cartons, de nettoyer le bateau de fond en cale et de finaliser la vente, qui a été un peu épique!

Allez, je vous raconte :

Nous sommes passés par l’agence Multi Hull. Gilles, notre broker, très professionnel, est venu à Hao pour le shooting photos. Nous avons déshabillé Seacroods et notre photographe est reparti avec un book mettant en valeur tous les atouts de notre pur sang. Enfin, de notre cheval de trait car la rapidité n’a jamais été son fort !

La vente se passait comme sur des roulettes jusqu’au jour où, ne voyant pas l’argent de l’acompte arriver sur le compte, l’agence a recontacté l’acheteur, un Chilien. Celui-ci l’ a rassuré en leur expliquant qu’il avait bien versé sur le nouveau numéro de compte reçu par mail. Mais l’agence n’avait pas envoyé de mail modifiant le numéro de compte ! Oh nonnnnn !

Il avait été victime d’un hacker qui lui avait envoyé un mail semblable à celui de l’agence stipulant un autre numéro de compte ! Son argent s’était envolés sur un compte Hollandais et il n’en verra sans doute plus jamais la couleur… Sous le choc, il a voulu annuler la vente mais il avait déjà signé le compromis. Finalement, il a repris confiance en l’agence et la vente a eu lieu mais son acompte court toujours  dans la nature!

Installés depuis une dizaine de jour à Chenée chez mon amie, nous avons cru que la mer nous avait retrouvé ! Le 14 juillet, en regardant les réseaux sociaux, j’ai commencé à m’inquiéter. La ville de liège commençait insidieusement son immersion tel un gros paquebot qui coule. Des caves étaient déjà sous eaux et l’angoisse des habitants montait au même rythme. J’ai demandé à Naèl d’aller voir si la voiture était en sécurité. Il est revenu en panique : « maman, c’est la cata, Il y a des policiers partout et la rivière est déchaînée. Il faut bouger la voiture de suite ! » Je suis sortie immédiatement pour la mettre en sécurité dans une rue plus haut. A une heure près, elle aurait été emportée par le courant comme tant d’autres…

Nous sommes retournés tous les quatre à la maison en espérant que ça s’arrête. Mais ce ne fut pas le cas. Les infos étaient de plus en plus effrayantes… Mais ce ne fut qu’après une nuit de sommeil léger que nous avons découvert l’ampleur de la catastrophe… Heureusement, notre maison n’a pas été touchée. Je n’oublierai jamais la vision d’un lac en contrebas du jardin en ouvrant les rideaux de ma chambre et surtout le décor apocalyptique de la ville de Chenée tous les jours suivants. Le courage des sinistrés et l’entraide mise en place ont été exceptionnels, émouvants et rassurants.

Finalement, on était bien plus en sécurité sur un bateau dixit mon capitaine !

Petit à petit et déjà durant le voyage, nous avons planifié notre retour. Tout ne s’est pas fait pas fait du jour au lendemain. La vente du bateau, la recherche de deux maisons. Une à louer à notre retour et une autre à acheter par la suite. Sofiène a réactivé son réseau professionnel. Mon frère s’est chargé de remettre en ordre ma vieille Opel, …

Bye Bye la Flandre. A présent, nous allons revenir en Wallonie. Ni Sofiène ni moi ne connaissons la vallée du Geer mais elle nous semblait bien située. Nous avons cherché autour de Bassenge, Roclenge, Heure-le Romain, … et à proximité de mon travail, des écoles, des autoroutes et du chemin de fer. Finalement, nous avons trouvé à Glons.

Ça aussi, il faut que je vous raconte. Nous avons acheté notre maison à distance ! Alors que nous étions toujours sur notre atoll en Polynésie, nous avons flashé sur une maison qui venait d’être mise en ligne.

J’ai demandé à mon frère Alain de la visiter à notre place, d’être nos yeux. Il a eu un rendez vous rapidement. Il nous a envoyé un tas de photos, de vidéos ainsi que son avis d’expert et son ressenti sur les lieux. Après un court moment de réflexion et n’écoutant que notre cœur et non notre raison, nous avons téléphoné à l’agence pour faire une offre. Une heure après, nous étions les heureux futurs propriétaires ! Quel moment d’euphorie nous avons vécu à cet instant ! Fous, nous ?

Des écoles à découvrir, une maison à rénover, une voiture à choisir, un chien à adopter, un chat à récupérer, un travail à réinvestir. Il y a du pain sur la planche! Et aussi une famille à retrouver, des amis à revoir, une société à réintégrer. Notre tranche de vie en mer nous a profondément changé. Nous sommes conscients de la chance que nous avons eue de vivre hors du temps, de savourer chaque instant, de contempler des paysages à couper le souffle et de partager tout ça en famille. Nous sommes revenus avec un nouveau mode d’emploi de la vie à mettre en pratique. Espérons qu’on ne va pas l’égarer en cours de route!

En tout cas, nous sommes revenus sereins et fiers d’avoir osé !

Et comme disait je ne sais plus qui :

« Heureux qui, comme Ulysse », a fait un bon voyage »

Un petit coup d’œil dans le rétroviseur pour clôturer le blog avec quelques photos et vidéos. Toutes les vidéos sont visibles sur notre chaîne youtube et d’autres arriveront dans les mois qui suivent; Abonnez-vous!

https://www.youtube.com/channel/UC5eEOUHMyyEfO_h-Hok6MPA/videos

Nous en profitons également pour  vous remerciez de toute l’aide, l’intérêt et le soutien que nous avons reçus durant ce voyage au bout de nos rêves. 

Merci à tout le monde!!!!

 

Célébration du 8 mai

Visite du Bougainville

Visite officielle d’Edouart Fritch, président de la <polynésie Française.

Le mot de la fin :

This Post Has 3 Comments

  1. Kermotu

    Magnifique mot de fin mais qui ouvre à une nouvelle tranche de vie! Ravie de vous avoir connus et je vous souhaite tout le bonheur possible dans la suite de vos aventures terrestres ! Bises à tous les cinq

  2. Luc

    Et comme disait je ne sais plus qui :

    « Heureux qui, comme Ulysse », a fait un bon voyage »
    Joachim du Bellay

  3. PHILIPPE

    Bonjour,
    Vous êtes allés jusqu’au bout de votre rêve et je suis sur que fort de cette expérience vous allés vivre d’autres moments aussi merveilleux.
    Alain Lagoon 40

Leave a Reply